Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juillet 2009

https://i0.wp.com/money.unblog.fr/files/2009/08/arrestation.jpg

Une quarantaine d’élus locaux et cinq rabbins ont été arrêtés jeudi dans la banlieue de New York lors du démantèlement d’un réseau de corruption ayant des ramifications jusqu’en Israël et en Suisse.

Les maires des villes d’Hoboken, Secaucus et Ridgefield, dans l’Etat du New Jersey, figurent parmi les personnes arrêtées dans le cadre de ce coup de filet qui a commencé à l’aube. Les autorités soupçonnent les prévenus de corruption, extorsion de fonds, blanchiment d’argent et trafic d’organes.

Les télévisions ont montré les images des dirigeants locaux placés menottes au poignet à bord d’un autocar qui devait les diriger vers leur lieu de détention, aux côtés de rabbins en tenue traditionnelle. Plusieurs synagogues ont été perquisitionnées et un total de 44 personnes arrêtées.

« Ces personnalités politiques se sont vendues », a résumé le procureur Ralph Marra lors d’une conférence de presse, tout en accusant les religieux juifs d’avoir « dissimulé leurs vastes activités criminelles derrière une façade de respectabilité ».

Le coup de filet semblait l’un des plus vastes jamais lancés dans l’Etat du New Jersey (nord-est) connu pour ses relations malsaines entre la politique et le crime organisé. L’Etat a servi de cadre à la série télévisée « Les Sopranos » consacrée à la mafia.
Les autorités ont indiqué avoir enquêté pendant dix ans sur ce réseau de corruption organisée. Les élus faisaient passer leurs pots-de-vin pour des contributions électorales, selon la justice.

Quant au rabbin Levy Izhak Rosenbaum, il est accusé de trafic d’organes
pour avoir persuadé des « donneurs » de lui vendre pour 10.000 dollars des reins qu’il revendait seize fois plus cher.
Le gouverneur démocrate du New Jersey, Jon Corzine, a dénoncé « un degré de corruption scandaleux et intolérable ». « La corruption est inacceptable, partout en tout temps et par qui que ce soit », a-t-il estimé dans une déclaration écrite.

M. Corzine risque d’avoir une réélection difficile en novembre face au républicain Chris Christie, un ancien procureur qui a à son actif plusieurs années de combat contre la corruption au New Jersey.
La police a démenti tout motif politique derrière les arrestations, qui touchent plus largement des responsables démocrates que républicains.

« Il ne s’agit pas de politique ni de religion. Il s’agit de criminels qui se servent de la politique et de la religion », a commenté un responsable du FBI, Weysan Dun.
Les suspects risquent jusqu’à 20 ans de prison pour abus de pouvoir et blanchiment d’argent, 10 ans pour prévarication et cinq ans pour trafic d’organes.

Via : G Net.tn

Read Full Post »

https://observatoiredeladiaspora.files.wordpress.com/2009/07/2009_01_14_julien_dray_inside.jpg?w=300
Après sept mois d’enquête préliminaire, la brigade financière a rendu un premier rapport de synthèse faisant état de mouvement de fonds au profit de Julien Dray.

Le député PS de l’Essonne Julien Dray a bénéficié d’un système de mouvements de fonds issus de plusieurs organisations, via ses proches collaborateurs, décrivent policiers et parquet dans l’enquête préliminaire dont Médiapart et Le Monde publient ce vendredi des extraits.

Cette enquête, ouverte le 10 décembre 2008 pour « abus de confiance » et « faux et usage de faux », vise les mouvements de fonds suspects, évalués au total à environ 350 000 euros, entre notamment la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (Fidl) et les Parrains de SOS Racisme, deux proches de Julien Dray et l’élu socialiste.

Les enquêteurs soupçonnent ainsi la Fidl d’avoir versé entre 2005 et 2008 quelque 23.000 euros sous la forme de neuf chèques à une proche collaboratrice de Julien Dray. Dans leur rapport de synthèse, les policiers relèvent que « certaines sommes encaissées ont été suivies d’un décaissement au profit » de l’élu socialiste.

Fausse facturation

Plusieurs avocats de personnes mises en cause dans ce dossier, dont ceux de Julien Dray, Mes Florence Gaudillière et Léon-Lef Forster, ont dénoncé ce vendredi cette publication dans deux médias d’extraits de l’enquête et ont annoncé leur intention d’intenter de nouvelles actions en justice.

Dans ce rapport, écrit à l’issue de sept mois d’enquête menée par le procureur de la République de Paris, Jean-Claude Marin, les enquêteurs épinglent également Les Parrains de SOS Racisme, émanation de l’organisation antiraciste destinée, de l’aveu même de SOS Racisme, à régler les dépenses en espèces de l’association.

Deux proches collaborateurs de Julien Dray auraient ainsi perçu des Parrains des virements pour des prestations non établies et en auraient reversé une importante partie au député. Ils auraient même, selon les enquêteurs, bénéficié d’un système de fausse facturation.

Au cours de leurs auditions, Julien Dray et ses deux personnes auraient justifié ces versements par des prêts à des périodes où Julien Dray rencontrait des difficultés financières.

Au total, les policiers et membres du parquet estiment sur les quatre dernières années les dépenses annuelles moyennes de Julien Dray à 521 919 euros, un train de vie (43 500 euros par mois) à mettre en regard de ses revenus: en moyenne 407 854 euros (34 000 euros par mois).

Via : L’expess.fr

Read Full Post »