Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mai 2010

https://observatoiredeladiaspora.files.wordpress.com/2010/05/pressecanadienne75026.jpg?w=300

Bill Surkis, membre bien connu de la communauté juive de Montréal, a plaidé coupable, mercredi, à des accusations d’avoir accédé à de la pornographie infantile et d’en avoir possédé.

Une troisième accusation, soit diffusion de pornographie infantile, a été portée mercredi matin mais, comme l’accusé a plaidé coupable, la procureure de la Couronne Cynthia Gyenizse a décrété l’arrêt de ce chef d’accusation.Les crimes se sont produits entre les mois de juillet et novembre 2008. La preuve démontre que M. Surkis a téléchargé 86 vidéos et 653 photos dans son ordinateur personnel. Il s’est fait prendre quand il a fait réparer son ordinateur. Le 17 novembre 2008, M. Surkis a apporté son ordinateur au magasin Best Buy, parce qu’il le trouvait trop lent. Il a payé les 89$ demandés pour la réparation et a demandé une copie de sécurité de toutes ses données, qu’il voulait conserver. Quelques jours plus tard, quand le technicien a fait la copie en question, il a trouvé plusieurs documents montrant des enfants âgés de 6 à 14 ans dans des activités sexuelles, parfois avec des adultes. Avisé de cela, le gérant du magasin a prévenu la police. M. Surkis, qui a déjà dirigé la section québécoise de l’organisme juif B’nai Brith, a été arrêté et accusé au terme de l’enquête, en mai 2009.

Père et grand-père

L’homme de 70 ans, père et grand-père, était avantageusement connu dans son milieu. Il a travaillé au Collège John Abbott pendant plus de 20 ans, notamment à titre de doyen. Il a aussi assuré la direction du Centre commémoratif de l’Holocauste. En 2001, il a été candidat de Vision Montréal dans Notre-Dame-de-Grâce-Côte-des-Neiges, mais il n’a pas été élu.

Au cours du processus judiciaire, il avait été question que M. Surkis présente une défense de possession de pornographie infantile dans un «but d’éducation». C’est ce que son avocat, Me Steven Slimovitch, a fait valoir à un certain moment. Surkis aurait prétendu que les films avaient servi à étayer des travaux de recherche en vue de conférences. L’accusé a manifestement renoncé à cette défense. Selon Me Gyenizse, elle aurait été bien difficile à croire, car rien ne la justifiait et aucun document ne l’étayait.

Quoi qu’il en soit, les avocats des deux parties ont demandé mercredi un dossier de personnalité et une évaluation psychosexuelle de M. Surkis, afin d’éclairer la juge Céline Lamontagne. M. Surkis doit retourne devant le tribunal le 27 septembre pour les plaidoiries sur la peine à lui infliger.

Via : Cyber Presse.ca

Read Full Post »

https://i2.wp.com/alain-azria.20minutes-blogs.fr/media/02/02/255296863.JPG

L’Elysée a choisi le président du Consistoire israélite de Paris/Ile-de-France pour gérer les engagements financiers de la France dans le monde.

Nicolas Sarkozy a tranché. Pour la direction générale de l’Agence française de développement (AFD), le président a choisi Dov Zérah, un énarque de 55 ans issu de l’administration du Trésor, qui fut entre autres le directeur de cabinet de Michel Roussin à la Coopération. Au sein même de l’Agence, appelée à orchestrer les engagements financiers de la France notamment en Afrique, le choix élyséen est perçu comme le énième camouflet infligé aux partisans d’une rénovation volontariste de la relation entre Paris et la sphère subsaharienne.

D’autant que Zérah, par ailleurs conseiller municipal de Neuilly-sur-Seine, a été vigoureusement soutenu par l’avocat Robert Bourgi, conseiller officieux de la présidence et marabout en chef des réseaux de la Françafrique.

Via : Profession Politique.info

Read Full Post »

https://i0.wp.com/www.france24.com/fr/files_fr/imagecache/aef_ct_wire_image_lightbox/images/afp/photo_1272914139698-2-0.jpg

L’ex Premier ministre socialiste Pierre Mauroy a été renvoyé aujourd’hui en correctionnelle dans l’affaire de l’emploi fictif présumé à la communauté urbaine de Lille de Lyne Cohen-Solal, actuelle adjointe PS du maire de Paris, a-t-on appris de source proche du dossier.

Mme Cohen-Solal a également été renvoyée en correctionnelle, tout comme l’ancien directeur de cabinet de Pierre Mauroy, Bernard Masset, alors que dans cette affaire le parquet avait requis un non lieu général en octobre 2009.

Pierre Mauroy avait été mis en examen le 20 juin 2008 pour détournement de fonds publics. Mme Cohen-Solal l’avait été pour recel et M. Masset pour complicité. Les sommes concernées représentaient l’équivalent de 19.000 euros.

L’affaire est issue d’une plainte en juin 2000 d’Eric Darques, ancien élu local de la ville de Lambersart, dans l’agglomération lilloise, mais les faits incriminés datent de 1992, pendant que Pierre Mauroy était président de la communauté urbaine de Lille.

Mme Cohen-Solal avait alors occupé le poste d’attachée de presse de la communauté urbaine pendant dix mois alors qu’elle était également rédactrice en chef de l’hebdomadaire du PS « Vendredi » à Paris.

Cette affaire a connu de nombreux aléas judiciaires, puisque les faits avaient été considérés comme prescrits par certaines juridictions qui avaient été contredites en appel.

Via : Figaro.fr

Read Full Post »

http://morisset.files.wordpress.com/2010/01/dsc05007.jpg

Alors que le Président des Jeunes Populaires se déplaçait dans l’Ain, à Bourg-en-Bresse, dans le cadre de ses fonctions celui-ci a consommé de l’alcool à outrance.

Le Président des Jeunes Populaires, déjà controversé, a adopté une attitude obscène, sexuelle et dégradante, dans un restaurant de la région, vis à vis de son subordonné, le Responsable Départemental des Jeunes de l’Ain devant l’ensemble des militants, en le « branlant » et en ayant des attouchements sexuels.

Arrivé à l’hôtel, le « Terminus » de Bourg-en-Bresse, à la suite de son excès d’alcool, Benjamin Lancar a vomi et a eu un malaise.

Ce dernier a alors été raccompagné dans sa chambre dans laquelle il a vomi sur les moquettes et le matelas.
Le lendemain matin, alors que les services de l’hôtel devaient le réveiller, celui-ci était dans un état de coma éthylique. L’hôtel s’est vu dans l’obligation de prévenir les pompiers.

Une fois sur place les pompiers ont réussi à réveiller Benjamin Lancar. Selon une source sur place le Président des Jeunes Populaires a alors adopté « une attitude agressive, très violente ! »

Les pompiers ont été dans l’obligation d’appeler la Police Nationale pour calmer le représentant des Jeunes UMP. Selon la même source, l’hôtel a été dédommagé à hauteur de 245€ par virement bancaire.

Contactés, plusieurs responsables jeunes présents sur place, reconnaîssent les faits. Les militants des Jeunes Populaires de l’Ain qui ne sentent en aucun cas représentés par ces agissements inadmissibles et honteux pour leur mouvement, ont même exigé la démission immédiate du Président des Jeunes Populaires et ses excuses publiques !

Via : Les Indiscrets.com

Read Full Post »