Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Trafic de drogue’ Category

Bakchich a déterré un câble diplomatique passé inaperçu sur le site WikiLeaks. Où l’on apprend que les bandits israéliens règnent désormais sur le crime organisé mondial.

Comme une odeur de Coppola chaud dans l’arrière-cuisine israélienne. Un câble diplomatique daté de mai 2009, déniché par Bakchich sur le site WikiLeaks, déroule le film des parrains en Terre promise, façon Francis Ford.

https://i0.wp.com/a7.idata.over-blog.com/4/03/33/13/Mafiapremieredecouv.jpgLe scénariste : James Cunningham, ambassadeur des États-Unis en Israël. Les protagonistes : les gredins du crime organisé israélien. L’intrigue : leur influence grandissante au sein de l’État juif, leurs réseaux en Europe et outre-Atlantique. Une bien noire histoire où l’on apprend qu’à l’origine « cinq ou six familles ont traditionnellement dominé le crime organisé en Israël ». Mais que, « ces dernières années, il y a eu une forte augmentation de la portée et de l’impact de nouveaux réseaux ». Le contrôle d’une région par famille, c’est fini !

« L’ancienne école cède la place à une nouvelle race de la criminalité, plus violente », note l’ambassadeur. Fondée sur « une meilleure connaissance des explosifs de haute technologie, acquise au contact du service de défense des forces israéliennes ». Pour une dernière volonté : « Recourir à la violence aveugle. »

Empreinte russe

Une arme fatale à la hauteur de leur folie des grandeurs. Les nouveaux parrains israéliens « jouent maintenant un rôle significatif dans le commerce mondial de la drogue, fournissant à la fois le marché de la consommation locale et servant de point de transit vers l’Europe et les États-Unis ». Et l’émissaire américain de rapporter qu’en mars 2009 la police nationale a arrêté 12 suspects « dans ce qui est considéré comme le plus grand réseau de trafic humain mené par Israël à ce jour ». Soit la « contrebande de milliers de femmes de l’ancienne Union soviétique, forcées de travailler comme prostituées en Israël, à Chypre, en Belgique et en Grande-Bretagne ».

Dessin de Large

L’ogre rouge, replet de billets verts, n’est jamais très loin. Il est, en terre sainte, comme à la maison. Ainsi, « de nombreux oligarques russes d’origine juive et des membres du crime organisé ont obtenu la citoyenneté israélienne, ou, du moins, conservent leur résidence dans le pays ».

Et voyager avec un visa ? Pas de problème ! Au printemps 2009, trois noms du milieu ont pu participer, à Las Vegas, à une « convention sur les métiers de la sécurité ». Des petits soins possibles à une condition : avoir un casier judiciaire blanc comme neige, en évitant les condamnations pénales. En langage diplomatique, cela donne : « Des Israéliens connus pour travailler ou appartenir à des familles du crime organisé ne sont pas automatiquement inéligibles pour voyager aux États-Unis. »

Soutiens politiques

Au niveau des soutiens politiques de l’organisation, l’ambassadeur a sa petite idée sur le sujet. Ainsi de la députée du Likoud Inbal Gavrieli, élue en 2003, « fille d’un patron présumé du crime » et qui a tenté d’« utiliser son immunité parlementaire pour bloquer les enquêtes dans les affaires de son père ». Et de s’interroger sur la mesure « dans [laquelle] les éléments du crime organisé ont pénétré l’establishment israélien et corrompu des agents publics »… Jérusalem, j’ai rusé l’âme.

Via : Bakchich.fr

Read Full Post »

Read Full Post »

https://i2.wp.com/www.palmbeachpost.com/multimedia/dynamic/00598/kramer_598088k.jpg

L’ancienne directrice des opérations de « Boca Charity » a été arrêté pour la deuxième fois cette année, une fois de plus accusé d’avoir utilisé des formulaires de prescription volés pour obtenir plus de 2.700 pilules de Roxicodone, selon un rapport.

Le dossier indiquent que Hélène J. Kramer, 47 ans, de la banlieue de Delray Beach, a été arrêté lundi et est accusé de trois chefs d’accusation, de trafic d’opium ou de dérivés entre 4 grammes et 30 kg, trafic d’hydrocodone de 14 à 28 grammes, et obtention d’une substance règlementé par fraude.

Kramer a également été arrêté en avril 2010 pour les même faits dans une pharmacie.

Le rapport du shérif du mois d’août indique que Kramer a été directrice des opérations de la Boca Raton en Floride, bureau régional du Fonds national juif.

Via : Sun Sentinel.com

Read Full Post »

Un correspondant de la radio de CBS News a été arrêté tôt samedi pour trafic de drogue après que la police est perquisitionné son domicile au Nord-Ouest de Washington et a découvert des plants de Cannabis qui poussaient dans son jardin, a indiqué la police.

Les policiers ont arrêté Howard Arenstein, 60 ans, et son épouse, Orly Katz, 57 ans, à leur domicile dans le bloc 3500 de la rue T et les ont accusés de possession de drogue avec l’intention de la revendre, a indiqué la police.

Selon sa biographie sur le site Web Nouvelles CBS, la femme Arenstein, connu professionnellement comme Orly Azoulay, est une correspondante à Washington pour le « Yedioth Ahronoth », l’un des journaux les plus lus d’Israël.

La police a exécuté un mandat de perquisition dans leur maison samedi après une plainte d’un riverain, a indiqué la police. Un rapport de police affirment que le cannabis a été retrouvé dans la maison, les officiers ont dit qu’ils ont trouvé 11 plants de cannabis à maturité et six sacs de 2 once de marijuana. Les autorités considèrent chaque plante comme équivalant une livre de marijuana.

Via : The Washington Post.com

Read Full Post »

Pour blanchir leur argent, plusieurs trafiquants présumés de cocaïne avaient décidé d’investir dans la mode

Les policiers de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Ocrtis) ont déclenché, mardi matin, un important coup de filet. Quatorze personnes soupçonnées d’appartenir à un vaste réseau de trafiquants de drogue ont été interpellées dans le XVIe arrondissement à Paris, à Saint-Mandé (Val-de-Marne) et dans les Yvelines. Plusieurs dizaines de milliers d’euros ont été saisis au cours des perquisitions.

Les enquêteurs de l’Ocrtis, épaulés par leurs collègues de l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF), ont également mis la main sur quatre voitures — dont une Mercedes SL 63 AMG d’une valeur de 150000 € —, des montres de luxe, un fusil à pompe, un pistolet automatique et un gilet pare-balles.

La cocaïne venait du Pérou

« Cinq trafiquants et neuf blanchisseurs présumés, gérants de boutiques de mode et d’une imprimerie implantées dans le XVIe arrondissement ont été arrêtés, explique une source proche de l’affaire. Les principaux commanditaires, qui appartiennent tous à la communauté juive, sont soupçonnés d’avoir acheminé près de 100 kg de cocaïne depuis un an, en France. »

Armand A., 78 ans et son fils Franck sont présentés comme les responsables de ce réseau. Les trafiquants faisaient venir leur drogue depuis le Pérou, via des passeuses, chargées de transporter des valises, sur la ligne régulière entre Lima et Paris.

« Plusieurs dizaines de kilos ont également été acheminés, par bateau, dans des conteneurs, avant d’être déchargés à Anvers en Belgique puis ramenés en France, confie un proche de l’affaire. La particularité de ces narcotrafiquants est qu’ils recyclaient eux-mêmes l’argent dégagé du trafic. D’habitude, les trafiquants sous-traitent cette phase. »

La direction centrale de la police judiciaire a établi qu’une partie de la drogue importée était réexpédiée vers d’autres pays européens. « Les commerçants, chargés de blanchir le produit du trafic, surévaluaient leurs bénéfices avant d’encaisser plusieurs dizaines de milliers d’euros en argent liquide, ajoute la même source. Ils étaient largement rétribués pour leurs services. »

Armand A., déjà connu des services de police et de la justice pour le même type de faits, a été arrêté dans son pavillon cossu à Saint-Mandé. « Les plus jeunes membres de ce réseau sont âgés d’une trentaine d’années, indique une source judiciaire. Ils avaient des contacts directs avec des trafiquants en Amérique du Sud. » Les suspects devraient être déférés, demain, devant un juge d’instruction de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Paris.

Via : Alliance .fr

Read Full Post »

L’amitié, c’est simple comme un coup de fil. Lorsqu’Eric Judor se retrouve placé en garde-à-vue pour avoir été pris en flagrant délit d’achat de cocaïne à un dealer, le 12 avril dernier, il aurait tout de suite songé à son ami Pierre Sarkozy.

Aux policiers qui lui demande le numéro de la personne à contacter, il aurait tout naturellement transmis celui du fils du chef de l’Etat, révèle Le Point. Après plusieurs heures passées en cellule, «le chef de la brigade des stups est venu en personne pour que le comédien puisse récupérer son téléphone et être immédiatement entendu», précise l’hebdomadaire.

Son audition terminée, Eric Judor aurait pu quitter sa cellule. Contrairement à son dealer, note Le Point.

Via : 20 Minutes.fr

Read Full Post »

https://i1.wp.com/www.lematin.ch/files/imagecache/485x365/stories/coke_8.jpg

La section des affaires internationales du Parquet de l’Etat a présenté mercredi une requête devant le tribunal du district de Jérusalem. Elle consiste en la demande d’extradition vers la France de deux femmes, arrêtées, selon les chefs d’accusations retenus contre elles, en possession de 9 kg de cocaïnes à l’aéroport de Charles de Gaule, en 2001. Elles auraient réussi à s’échapper et à prendre la fuite pour Israël.

Âgées aujourd’hui de 30 ans, les deux femmes ont été jugées respectivement à 3 et 4 ans de réclusion, lors d’un procès qui s’est déroulé en leur absence, en France, en 2004. La poudre concernée aurait été envoyée de Colombie, emballée dans des sachets puis cachée dans les bagages des deux personnes interpellées, plus précisément dans leur sac de couchage, dans des vaporisateurs contenant du déodorant et de l’insecticide. Placées en liberté surveillée, elles auraient réussi à se rendre en Israël trois jours plus tard.

En août 2009, le Parquet a fait l’objet d’une demande d’extradition émise par le gouvernement français. Après un examen approfondi du dossier, la décision a été prise de mettre en place une procédure d’extradition. Elles ont été arrêtées à cet effet. D’après la loi française, si les deux intéressées sont en effet livrées aux autorités françaises, elles auront droit à la réouverture du procès.

Via : Israel7

Read Full Post »

Older Posts »