Feeds:
Articles
Commentaires

https://i0.wp.com/www.nooz.gr/Uploads/Greece/Serafeim_09999dd.jpg

Lors de son interview pour une émission matinale de la plus grande station de télévision de Grèce, Mega TV, le Métropolite Seraphim du Pirée (prêtre orthodoxe de haut rang) a dit que le sionisme international tente de détruire les valeurs familiales en favorisant les familles monoparentales et les mariages gais, et qu’une conspiration sioniste vise à asservir la Grèce et l’orthodoxie chrétienne.

Il a poursuivi en disant que des Juifs comme « Rockefeller, Rotchschild et Soros dominent le système bancaire international qui contrôle la mondialisation. »

Via : Alliance fr.com

https://i2.wp.com/www.novinite.com/media/images/2009-06/photo_verybig_104859.jpg

Le Comité d’Helsinki en Bulgarie a protesté contre le renouvellement de la publication  de livres antisémites écrits par Volen Siderov, le président du parti d’extrême droite Ataka (Bulgarie).

« L’asservissement d’autres pays est le principal objectif du monde juif depuis des centaines d’années », « le génocide des russes, des bulgares et des autres peuples orthodoxes a été dirigé de près par les cercles du Talmud occidental, sous la direction de la famille de Rothschild »

« dans toute l’Europe, des juifs ont toujours infiltré les esprits des dirigeants et les ont obligés à créer des guerres et des désastres, afin de les forcer à dépendre de l’argent »;

ce sont quelques phrases de Siderov que le Comité d’Helsinki cite comme étant particulièrement offensantes.

Volen Siderov est tristement réputé pour son approche intransigeante particulièrement vis-à-vis des tziganes et des turcs.

Via : Antisemitism.org

https://i0.wp.com/aslama.com/images/personnages/espionnage.jpg

Le Comité permanent belge de contrôle des services de renseignement et de sécurité soupçonne Israël d’avoir installé les micros d’espionnage découverts en 2003 au siège du Conseil de l’UE à Bruxelles, rapporte le site internet EUobserver.

Selon la source, le rapport du Comité indique que les deux personnes soupçonnées d’avoir installé des dispositifs d’espionnage ont suivi un entraînement au sein de l’entreprise de télécommunication israélienne Comverse, connue pour ses liens avec le Mossad (service de renseignement israélien, ndlr).

Des micros ont été découverts en février-mars 2003 dans la partie du bâtiment Justus Lipsius, siège principal du Conseil de l’Union européenne, utilisée par les diplomates britanniques, français, espagnols et allemands.

« Nous ne disposons pas de preuves concrètes (de l’implication du Mossad, ndlr). Mais il s’agit d’un équipement avancé, installé dans les années 1993-94, rares étaient les pays qui avaient de tels moyens à cette époque. Ca peut être Israël, la Russie, l’Angleterre ou les Etats-Unis », a indiqué Peter de Smet, un membre du Comité permanent, cité par EUobserver.

Via : Ria Novosti.ru

(Lawrence Franklin, Kenneth Pollack)

En 2005, le FBI a mis en cause un cadre du Pentagone, le colonel Lawrence Franklin, et un ancien analyste du Conseil de sécurité nationale devenu chercheur à la Brookings Institution, Kenneth Pollack.

Les deux hommes, à des titres divers, auraient transmis des secrets d’Etat à deux responsables de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), Steve J. Rosen et Keith Weissman ; lesquels les auraient remis au chargé d’affaire de l’ambassade d’Israël à Washington, Naor Gilon,.

L’enquête du FBI a permis d’établir les faits, mais pas de les qualifier. Ces secrets ont-ils été donnés sans contrepartie ou dans le cadre d’un échange d’information ? S’agissait-il d’espionnage ou de fuites ? Et la révélation de ces secrets a t-elle porté tort aux Etats-Unis au bénéfice de son allié israélien ?

Au passage, la saisie des ordinateurs de l’AIPAC a permis de découvrir que l’AIPAC, qui se définit comme « le lobby pro-Israélien en Amérique », avait financé la carrière du politicien français Nicolas Sarkozy. A l’époque, l’ambassadeur d’Israël à Paris s’était précipité à l’Elysée pour assurer le président Jacques Chirac que son pays n’était aucunement impliqué dans cette ingérence, laquelle était exclusivement imputable au zèle de quelques amis états-uniens.

Quoi qu’il en soit, pris dans une tourmente de politique intérieure Lawrence Franklin fut d’abord condamné à 12 ans et 7 mois de prison ferme pour espionnage ; peine qui fut réduite à 10 mois de prison et 100 heures de travaux d’intérêt général.

Après avoir longtemps soutenu ses employés, l’AIPAC a fini par les lâcher. Steve J. Rosen [à gauche sur la photo, avec son avocat à droite], se retrouvant sans emploi et au centre de plusieurs procédures judiciaires, se retourna contre son ancien employeur. Cette situation donne lieu à un grand déballage.

Il apparaît que l’AIPAC reçoit fréquemment, de sources diverses, des informations confidentielles dont elle fait usage au profit d’Israël.

Via : Le Réseau Voltaire

Drucker Michel - Michel Drucker condamné à verser 40 000 euros à Calixthe Beyala

Infirmant un jugement de première instance, la cour d’appel de Paris a condamné Michel Drucker à verser 40.000 euros à l’écrivain Calixthe Beyala, selon un arrêt rendu mercredi. Elle avait écrit partiellement un livre d’entretiens d’une soixantaine de feuillets que l’animateur de Vivement dimanche devait réaliser, en 2005, avec le philosophe Régis Debray aux éditions Albin Michel. L’ouvrage n’a finalement jamais vu le jour, Michel Drucker et Régis Debray y ayant renoncé.

Les prétentions financières de Calixthe Beyala s’élevaient tout de même à 250.000 euros. La cour d’appel a jugé que c’était très excessif et a nettement révisé à la baisse les indemnités de l’écrivain en accordant 20.000 euros pour le travail fourni, 10.000 euros au titre du temps perdu et 10.000 euros pour couvrir les frais d’avocat. « Vingt mille euros, c’est la somme que j’avais proposée à Calixthe Beyala avant le procès », précise Michel Drucker.

À l’époque, Michel Drucker et Calixthe Beyala avaient partagé « un lien particulier de confiance et d’affection », selon l’expression de la cour.

Via : Le Point.fr

https://i2.wp.com/www.lexpress.fr/pictures/74/38242_arno-et-serge-klarsfeld-le-1e-octobre-2010-a-paris.jpg

Seul membre français de la Fondation Auschwitz-Birkenau, l’avocat tente de convaincre le gouvernement de mettre la main à la poche (pour la rénovation d’Auschwitz-Birkenau) . Son fils, Arno, conseiller de François Fillon, a relayé la demande qui est actuellement en cours d’arbitrage, sachant que Paris prône une solution européenne et non pays par pays.

« La France a donné aux Allemands la grande majorité des 77.000 juifs déportés, elle ne les a pas elle-même déportés mais elle les a livrés, rappelle Serge Klarsfeld. […] Je sais que nous sommes en période de crise, je connais l’état du déficit des finances publiques, mais il ne faudrait pas que la France se montre indigne par rapport à l’Allemagne (qui a débloqué 60 millions d’euros, soit la moitié de la facture nécessaire à l’entretien annuel). »

Via : Le Journal du Dimanche.fr

https://i1.wp.com/www.laprovence.com/media/imagecache/article-taille-normale/hermes/2011-01/2011-01-12/2011011115541731.jpg

Vous avez devant vous, des bonnes sœurs, victimes d’une bande organisée! » s’enflammait hier maître Miceli, avocate de la partie civile représentant l’OGEC Jeanne d’Arc (Organisme de gestion de l’enseignement catholique). Ce lycée privé catholique arlésien est en effet à l’origine du procès pour escroquerie qui s’est tenu hier devant le tribunal correctionnel de Tarascon à l’encontre d’Olivier, 43 ans, de Menahem-Mendel, 31 ans, et Fabrice, 35 ans.

Les faits remontent au printemps 2005. Une année particulièrement marquante pour l’équipe pédagogique de Jeanne-d’Arc qui avait vu l’un de ses employés mis en cause dans ce qu’on appelle pudiquement « une affaire de moeurs ». Face à un chiffre d’affaires en baisse et à la recherche de nouveaux élèves, le nouveau directeur financier avait répondu à un démarchage commercial et signé un contrat pour de la publicité.

Sauf que quelques jours plus tard, un interlocuteur se prévalant du titre ronflant d' »employé de la cellule d’endettement du ministère des finances » vient lui faire remarquer qu’il s’est engagé sur 5 ans pour un montant de 800 000 euros.

Il l’exhorte donc à se désengager mais, pour cela, il faut payer près de 300 000 euros. Un moyen de limiter la casse selon le directeur qui, malgré ses soucis financiers, débourse cette somme en à peine deux mois. Jusqu’à ce qu’il se rende compte que les numéros de téléphone qu’on lui a laissés sont faux, et qu’il porte plainte.

Pendant ce temps, l’argent du lycée s’était échappé loin de là, c’est à dire en Suisse. C’est l’un des prévenus, Fabrice, qui aurait demandé au fils d’un banquier très connu à Genève, pour rendre service à un ami israélien, de lui trouver un « compte ancien, solide » qui permettrait de décaisser des sommes importantes sans éveiller les soupçons des autorités.

Menahem est alors allé demander l’aide de son voisin, Olivier, chef d’entreprise en difficulté financière depuis son divorce. « Je n’ai jamais pensé que c’était 100% honnête mais je ne savais pas d’où venait cet argent. Je n’avais pas imaginé la folie de la chose » a déclaré Menahem, reconnaissant son implication, à l’instar de ses coprévenus. Dont les avocats, maîtres Mairin, Koplewicz et Abad, ont pourtant plaidé la relaxe. En effet, les trois prévenus ne sont poursuivis que pour complicité d’une escroquerie d’une ampleur beaucoup plus importante puisqu’elle porte sur plus de 2 millions de dollars.

Cette affaire est toujours à l’instruction au pôle financier de Paris, mais le principal mis en cause, c’est à dire l' »ami israélien » n’a jamais été retrouvé. « La police ne l’a pas repéré…il suffit pourtant de taper son nom sur facebook pour le trouver » faisait remarquer un prévenu. « Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas l’auteur principal des faits que cela nous empêche de juger les complices » lui a répondu la nouvelle vice-procureur de Tarascon, Gwenaelle Le Flao.

Soulignant que les trois prévenus qui « gravitent dans le milieu des affaires » ne sont « pas ignorants des règles« , elle a requis deux ans de détention dont un avec sursis. « Ce sont les lieutenants d’un réseau international organisé » avançait encore la partie civile, avant de réclamer le remboursement des sommes escroquées, ainsi que la somme mirobolante de 80 000 euros de dommage et intérêts au titre du préjudice moral. Une requête contre laquelle s’est élevée la défense, se demandant alors ironiquement combien les parents d’élèves seraient en droit de réclamer…

Le tribunal a mis sa décision en délibéré jusqu’au 10 février.

Via : La Provence.com

Le rabbin Dov Lior, une autorité reconnue du mouvement sioniste religieux, a affirmé récemment qu’une femme juive ne doit jamais tomber enceinte en utilisant du sperme donné par un Non-Juifs, même si cela constitue la dernière des options.

Selon Lior, un bébé né d’une telle insémination aura «des traits génétiques négatifs qui caractérisent les non-juifs. » Au lieu de cela, il a conseillé les couples stériles d’adopter.

Lior a abordé la question lors d’une conférence sur la santé des femmes qui s’est tenue récemment à l’Institut Pouah. Son attitude conservatrice annule une décision largement accepté par les rabbins, qui stipule que les dons de sperme par un non-Juif est préférable à celle d’un anonyme Juif, qui pourrait poser un risque généalogiques.

« Dans Sefer HaChinuch (un livre de la loi juive) il est dit que les traits de caractère d’un père se transmet à son fils, déclare t-il dans la conférence. « Si le père de l’enfant n’est pas juif, quels traits de caractère se manifesteront ? Des traits de cruauté et de barbarie ! Ce ne sont pas des traits qui caractérisent le peuple d’Israël. »

Lior a ajouté, les caractéristiques juifs sont miséricordieux, timide et bienfaisant, qualités qui selon lui pourrait être héréditaire. « Une personne née de parents juifs, même si elle n’a pas été élevé dans l’esprit de la Torah, reçoit des choses qui sont transmises par le sang, c’est génétique, a t-il expliqué. « Si le père est un gentil (non-juif), l’enfant sera privé de ces choses. »

Via : Y Net News.com

L’ancien sénateur David Duke dresse le constat de la lutte raciale menée contre le peuple français et les peuples européens. Comparant les situations américaines et européennes et les mesures prises dans ces deux pays, il insiste sur le cas français : après avoir examiné les actions et les pensées qui sous-tendent la volonté génocidaire contre l’Europe.

Il demande l’inculpation de Sarközy pour génocide (Sarközy qui appelle à la destruction du sang blanc et dont l’ensemble des membres de la famille ne se marient qu’au sein de la tribu).

Via : The Savoisien

https://i1.wp.com/www.licra.org/licra/sites/default/uploads/image/actualites/communiques/convention-licra-mi-01210.jpg

Brice Hortefeux a signé avec la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), une convention de coopération dans la lutte contre les dérives racistes sur l’Internet, dans les stades et dans les « échanges de statistiques » (Le Figaro, 2 décembre).

D’après la Licra, « cet accord consacre un important volet à l’échange d’informations entre le ministère et la Licra afin d’être capable de mieux quantifier, qualifier et appréhender les phénomènes racistes et antisémites ».

La Licra serait chargée de « proposer une approche nouvelle dans la sensibilisation des agents de police et de gendarmerie ».

Par ailleurs, un observatoire du racisme serait créé et sa conduite en serait confiée sous peu au Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN).

Via : Liberté Politique.com

https://i0.wp.com/www.sanfranciscosentinel.com/wp-content/uploads/2010/12/nixon.jpg

«Je n’ai pas vu beaucoup de noms juifs revenir du Vietnam sur aucune de ces listes; je ne sais pas comment ils arrivent à l’éviter.

Si on regarde au contingent canadien-suédois, ils étaient juifs de façon disproportionnée. Les déserteurs.»

«Les juifs ont juste une personnalité très agressive et mordante et exécrable.»

Via : Slate.fr