Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘crif’

https://observatoiredeladiaspora.files.wordpress.com/2011/01/1386.gif?w=300

Prévu aujourd’hui, à 18 heures, le cocktail de présentation du recueil des Célébrations nationales 2011 aurait pu être un moment de fête pour le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand. Mais la fête aura sûrement un goût amer dû à la polémique qu’a suscitée le cinquantenaire de la mort de Céline présent dans ce recueil. Serge Klarsfeld, président de l’association des Fils et Filles de déportés juifs de France (FFDJF), s’est indigné que l’on puisse «célébrer» un écrivain connu également pour son antisémitisme virulent (voir nos éditions d’hier).

Les mots de Klarsfeld sont sans équivoque: «La République doit maintenir ses valeurs: Frédéric Mitterrand doit renoncer à jeter des fleurs sur la mémoire de Céline, comme François Mitterrand a été obligé à ne plus déposer de gerbe sur la tombe de Pétain

Que la République le célèbre, c’est indigne.» Il en appelle d’abord au ministre de la Culture, et, ensuite, au président de la République. «Ce serait un acte de courage de la part de Frédéric Mitterrand d’enlever Céline de ce recueil, comme nous le réclamons.» Et d’ajouter, au cas où le ministère de la Culture n’agirait pas: «Nous attendrons que le premier ministre François Fillon et le président de la République prennent position. Notre réaction va être dure. Les morts du Vél’d’Hiv n’auraient pas aimé que la République célèbre Céline.»

Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), est sur la même longueur d’onde: «Je m’indigne de la même façon que Serge Klarsfeld, affirme-t-il. Il faut être cohérent, on ne peut pas célébrer Céline. Bien sûr, il est l’auteur du Voyage, mais il a également écrit des livres ignobles, comme Bagatelle pour un massacre.

https://i2.wp.com/www.the-savoisien.com/blog/public/img/Celine1.jpgPour expliquer ce qui a motivé le comité, Henri Godard, professeur émérite à la Sorbonne, spécialiste incontesté de Céline et auteur de la notice dans le recueil contesté, explique: « Céline a deux visages: on ne peut oublier ni l’un ni l’autre.» Ami de Serge Klarsfeld – ils ont passé le bac ensemble et continuent d’entretenir des relations -, il juge excessive la démarche de son ami.

«Je comprends que l’on puisse déplorer la célébration de Céline – le mot “célébrer” est d’ailleurs ambigu -, mais c’est un cas épouvantablement complexe : on ne peut ignorer la valeur de l’écrivain français qui est actuellement l’un des plus lus et parmi les plus traduits dans le monde», explique-t-il.

Quant à François Gibault, président de la Société d’études céliniennes et avocat de Lucette Destouches (la veuve de Céline), il affirme que «Serge Klarsfeld, en demandant au ministre de la Culture de retirer le nom de Céline de la liste des célébrations nationales, fait une formidable publicité à cet écrivain», un écrivain qui détestait les célébrations. Rappelant qu’il veille à attaquer et faire saisir toutes les éditions pirates des pamphlets de l’écrivain, il conclut :

«J’ajoute qu’il me paraît malsain, 78 ans après la publication du Voyage, plus de 70 ans après celle des pamphlets, d’attiser de nouveau les passions. Cela ne fait que réveiller de vieux démons et je crains que l’initiative de Serge Klarsfeld ait un effet contraire à celui qu’il recherche

Via : Le Figaro.fr

Read Full Post »

Voir aussi : Maurice Gutman, élu UMP, membre du CRIF et Pédophile !

Read Full Post »

https://i1.wp.com/france-licratisee.hautetfort.com/media/01/02/2457982678.2.jpg

Préface de Jean-Yves Le Gallou

Huit cents invités au dîner annuel du Conseil Représentatif des Institutions juives de France. Toute la classe politique présente en rangs serrés afin d’entendre les remontrances, récriminations et requêtes de cette officine représentant, de son propre aveu, quelque 100 000 personnes. 1/6e à peine de l’ensemble de la « communauté » et 0,2% de la population totale du pays. Dîner de gala relayé par autant de dîners régionaux et de contacts réguliers tout au long de l’année au plus haut niveau de l’Etat.

Comment une telle influence, un tel pouvoir même, sont-ils possibles dans une démocratie laïque ne reconnaissant officiellement que des citoyens tous pareillement égaux? Pourquoi la classe politique française fait-elle preuve d’une telle complaisance à l’égard du CRIF et de ses dirigeants? Qui se qualifient eux-mêmes de « porte-parole politiques de la communauté juive de France » mais songent d’abord à défendre les intérêts d’un pays étranger, Israël.

Fantasmes ou mensonges, que cette puissance? Une plongée dans l’histoire de cette  institution devenue « interlocuteur essentiel de l’Etat » et l’examen attentif des actions et réactions du CRIF tout au long de l’année 2009 et de la première partie de 2010, permettront au lecteur d’en juger.

Via : France Licratisee.hautetfort.com

Read Full Post »

L’Union des patrons et des professionnels juifs de France (UPJF) a remis, dimanche 13 décembre 2009, le « prix de la lutte contre le racisme et contre l’antisémitisme » à Brice HORTEFEUX, ministre de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales.

A cette occasion, le ministre a exprimé son profond respect des communautés et « l’attachement des pouvoirs publics à la lutte contre toute forme de rejet« , précisant que « nous devons vivre dans une République garante d’une laïcité positive et ouverte ».

Brice HORTEFEUX a réaffirmé sa volonté de lutter contre le racisme, la xénophobie et l’antisémitisme. Il est revenu sur les actions engagées, rappellant notamment la création d’un « programme de subventions pour la sécurisation des lieux de culte et des structures culturelles de la communauté juive et portant sur cinq ans ». Il a aussi indiqué l’importance, pour les policiers et gendarmes, de bénéficier d’une formation, afin d’appréhender au mieux la réalité et la gravité des actes antisémites.

Enfin, le ministre a annoncé la nomination dans les prochains jours d’un « préfet-coordonateur de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme » qui « bénéficiera d’une autorité suffisante sur les acteurs de la sécurité pour, en lien permanent avec le préfet de police, le directeur général de la gendarmerie nationale et le directeur général de la police nationale, préparer les décisions qui s’imposent, chaque fois que nécessaire, pour prévenir et réprimer ces actes inadmissibles ».

Read Full Post »

https://i2.wp.com/www.intransigeants.com/wp-content/uploads/2010/08/m%C3%A9tissage-2.gif

Tandis que le rabbin canadien Abraham Feinberg, dans les colonnes d’une revue chrétienne de Toronto, la « Maclean’s Review« (1), s’adressant à ses lecteurs catholiques et protestants, lançait l’appel suivant :

« La seule solution aux conflits sociaux est le mariage inter-racial[…] », il est donc urgent que « […] la loi encourage le mélange du sang », du moment que « l’appel délibéré aux mariages inter-raciaux est la seule façon d’accélérer le processus pour éliminer totalement les préjugés raciaux et donc les races séparées »,

dans le « New York times » paraissait en 1974 une pleine page de publicité du « National Committee for Furtherance of Jewish Education », publicité adressée à la jeunesse juive, dans laquelle les mariages interraciaux étaient ainsi stigmatisés :

« Les mariages mixtes sont un suicide national et personnel. Le moyen le plus ûr pour détruire un peuple est de le faire marier en dehors de sa foi […] les hommes et les femmes ont alors la certitude d’y perdre leur identité. Les valeurs et les principes qui ont tant contribué à la culture et à la civilisation contemporaines (du peuple juif, N;d.R.) disparaitront de la face de la terre.
L’expérience accumulée en trois mille ans, le riche héritage d’un peuple, tout ce qui est absolument votre sera indignement anéanti. Quelle peine : Quel désastre ! Quelle honte ! (2)

Les extraits ci-dessus proviennent du livre « Maçonnerie et sectes secrètes, le côté caché de l’Histoire », publication du Courrier de Rome, nouvelle édition 2005, chapitre XXV « l’étape européenne vers les Etats-Unis d’Europe », sous-chapitre « la liberté d’immigration dans le monde entier » page 448.

Voir aussi : L’apologie du Métissage par Ivan Levaï et la Licra

Via : Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l’histoire

Read Full Post »

https://i1.wp.com/www.crif.org/uploads/articles/bigimages/sghozlandecoregg.jpg

Brice Hortefeux, le ministre de l’Intérieur a remis les insignes de chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur, lundi 12 juillet à Sammy Ghozlan. Celui-ci occupe de nombreuses fonctions dans la communauté juive : membre du comité directeur et délégué du CRIF pour la Seine-Saint-Denis, président du BNCVA et de l’UCCJ et administrateur du Consistoire central.
De nombreux amis entouraient le nouveau chevalier : parmi eux Richard Prasquier, le président du CRIF,  accompagné de ses deux vice-présidents, Ariel Goldmann et Meyer Habib, le Grand rabbin de France Gilles Bernheim, le Grand rabbin de Paris David Messas et le président du Consistoire central et de Paris, Joël Mergui.

Via : Crif.org

Read Full Post »

https://i0.wp.com/raid.admin.free.fr/autre/capture/28.JPG

Le préfet de Police Michel Gaudin a présenté lundi 12 juillet son nouveau directeur de cabinet au CRIF. Jean-Louis Fiamenghi succède à Christian Lambert qui a été nommé préfet de Seine-Saint-Denis. Le nouveau directeur de cabinet a dirigé le RAID, l’unité d’élite de la police nationale, puis le service de protection des hautes personnalités.

La réunion a été consacrée à un tour d’horizon sur les actes et menaces antisémites.

La délégation du CRIF, conduite par son président Richard Prasquier comprenait également Ariel Goldmann, vice-président du CRIF et porte-parole du SPCJ, Haim Musicant, directeur général du CRIF et Ron Rafaéli, directeur général du SPCJ.

Via : Crif.org

Read Full Post »