Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘lobbies’

http://ivarfjeld.files.wordpress.com/2010/02/israeli-ambassador_677642c.jpg

Ambassadeur d’Israël au Royaume-Uni, Ron Prosor, a dressé un constat sévère sur la situation en Europe.  On ne peut pas compter sur les dirigeants européens dans la lutte contre la délégitimation et la diabolisation de l’État juif.

Devant un public nombreux réuni à la synagogue New West End de Londres, le diplomate a averti: « Quand les choses se gâtent, nul en Israël ne pense vraiment que l’Europe viendra à son secours« .

Le conférence à laquelle M. Prosor s’est exprimé était présidée par l’éditeur de Jewish Chronicle, Stephen Pollard.  Les autres orateurs étaient la baronne Deech, ancienne principale de St Anne’s College, Université d’Oxford, l’ancien gouverneur de la BBC et actuel directeur exécutif de The Times, Daniel Finkelstein, l’éditorialiste du Observer Nick Cohen et Rafael Barjardi, directeur exécutif de l’initiative Amis d’Israël.

Lady Deech a, en particulier, été critique de la réaction de la communauté face à la campagne visant à affaiblir Israël, et a accusé les dirigeants communautaires de ne pas défendre Israël avec suffisamment de vigueur.

« Il y a un manquement au niveau du leadership et des relations publiques », indiqua-t-elle. « Il nous faut un leadership juif, non seulement pour lever des fonds, mais également pour prendre position en faveur d’Israël. Nous avons besoin d’un réseau de gens prêts à parler. »

Via : Juif.org

Read Full Post »

https://i2.wp.com/img4.hostingpics.net/pics/891884996614e0ae345e2a26fa6e4d0b76c16db5040f.png

Le document n’a pas été filtré par Wikileaks. C’est le Guardian de Londres qui se l’est procuré directement (28 novembre) : un câble transmis quelques jours avant par le ministère israélien des affaires étrangères à ses ambassades dans dix pays européens. Il contient l’ordre du ministre Avigdor Lieberman de trouver d’ici fin janvier environ 1000 personnes qui agiront en « amis d’Israël ».

Elles devront être « recrutées parmi des journalistes, universitaires, étudiants et militants soit juifs soit chrétiens ».  Elles seront informées par des fonctionnaires israéliens pour intervenir en faveur d’Israël par des articles, lettres et interventions dans des assemblées publiques. Elles devront non seulement recevoir des messages mais en faire une active promotion.

Les principaux centres de cette campagne seront cinq capitales européennes : Londres, Paris, Berlin, Madrid et Rome. Là, « les ambassades israéliennes recevront des fonds pour recruter aussi des professionnels : sociétés spécialisées en relations publiques et lobbyistes ». Elles auront comme tâche de renforcer l’action des « amis d’Israël » en diffusant des messages politiques sur des arguments comme la position israélienne à l’égard des Palestiniens et la violation des droits de l’homme en Iran.

Le ministère des affaires étrangères suggère en outre aux ambassades en Europe d’organiser mensuellement des événements publics de haut niveau en faveur de la politique israélienne et d’inviter des personnages influents à visiter Israël. Lieberman lui-même rencontrera le mois prochain ses ambassadeurs dans les pays européens pour donner une impulsion à cette nouvelle « offensive dans les relations publiques ».

Interviewé par le Guardian à propos de ce document, un fonctionnaire israélien  s’est refusé à commenter la découverte. Il a cependant déclaré : « Evidemment nous cherchons toujours de nouvelles façons d’améliorer nos communications, il n’y a rien d’étrange à cela ». Il a ainsi précisé qu’il « existe une préoccupation particulière sur la façon dont Israël est vu à l’étranger, en particulier dans certains pays d’Europe occidentale ».

Une nouvelle offensive de propagande du gouvernement israélien est donc en train de se préparer, focalisée dans les principales capitales européennes, parmi lesquelles Rome.

Via : Mondialisation.ca

Read Full Post »

Read Full Post »

Une première, réalisée entre le 1er décembre 2008 et le 13 janvier 2009 par la Anti-Defamation League sur les attitudes envers les Juifs dans sept pays européens, porte sur un échantillon de 3500 adultes, 500 dans chaque pays.

Quand on leur demande s’ils pensent que « les Juifs ont trop de pouvoir dans le monde des affaires », 33 % des personnes interrogées en France répondent que c’est « probablement vrai », contre 15 % au Royaume-Uni, 21 % en Allemagne, 36 % en Autriche, 55 % en Pologne, 56 % en Espagne et 67 % en Hongrie.

A la question, « quelle part de responsabilité attribuez-vous aux Juifs dans la crise économique mondiale ? », 15 % des Français répondent « beaucoup », « une bonne part » ou « un peu », contre 16 % des Britanniques, 25 % des Espagnols, 30 % des Allemands, 38 % des Polonais, 43 % des Autrichiens et 46 % des Hongrois.

Une autre enquête, réalisée au printemps 2008 par l’institut de recherche Pew, montre que 20 % des Français ont une opinion « très » ou « plutôt » défavorable des Juifs, contre 46 % des Espagnols, 36 % des Polonais, 34 % des Russes, 25 % des Allemands, 11 % des Australiens, 9 % des Britanniques et 7 % des Américains.

Via : La Croix.com

Read Full Post »

https://i0.wp.com/www.rtbf.be/info/sites/rtbf-info/files/imagecache/DetailImage/node_images/karel_de_gucht.jpg

L’ancien ministre des Affaires étrangères belge, actuellement commissaire européen au commerce, Karel De Gucht, a fait des déclarations sans détour sur le lobby juif aux états unis ce qui suscitent en effet un début de polémique.

« Il ne faut pas sous-estimer le lobby juif au Capitole (ndlr:le Congrès américain) », dit-il. C’est le  groupe de pression le mieux organisé qui y existe. En d’autres termes, il ne faut pas sous-estimer l’emprise du lobby juif sur la politique américaine. Que ce soit dans le camp démocrate ou républicain, ça revient à peu près au même ».

« Il ne faut pas non plus sous-estimer l’opinion du Juif moyen qui ne vit pas en Israël. Il y a en effet chez la plupart des Juifs une croyance – je pourrais difficilement décrire ceci autrement – qu’ils ont raison. Et une croyance est quelque chose qu’on peut difficilement combattre avec des arguments rationnels.

Cela n’a rien à voir avec le fait qu’ils soient religieux ou pas. Même les Juifs laïcs partagent la même croyance d’avoir effectivement raison. Il n’est donc pas facile, même avec un Juif modéré, d’avoir une discussion sur ce qui se passe au Moyen-Orient. C’est une question très émotionnelle. »

Voir aussi : Le Wall Street Journal et la communauté Juive de Belgique exigent la tête Karel De Gucht

Via : Europeen Jewish Press.com

Read Full Post »

SUITE DU FEUILLETON JUDICIAIRE

Le 12 juillet 2010, comme indiqué ci-dessous, les associations du commerce antiraciste ont obtenu, grâce à la loi d’exception du 13 juillet 1990 du communiste Gayssot, le retrait de la vente du N° 16 du « National Radical » qui titrait « LES JUIFS QUI DOMINENT LA FRANCE« .

L’audience s’est déroulée dans une véritable ambiance de procès de Nuremberg où il aurait suffi de peu, après qu’il fut comparé à Maurras, Henriot, Brasillach, et Céline, qu’on ne traita le président du Parti National Radical d’affreux criminel de guerre. Les noms de Göring, Hess, Ribbentrop et Keitel semblaient même suinter de toutes les lèvres de nos valeureux combattants « antiracistes ». Jusqu’à Madame le Procureur, plus militante des « Droits de l’Homme » que réellement magistrate, qui par une imagination fertile s’indignait de voir dans le « National Radical » la résurgence d’écrits qu’elle souhaitait à jamais éradiqués, faisant ainsi écho aux avocats des associations « bien pensantes » qui y voyaient eux, non plus le titre « National Radical » mais celui de « Gringoire« , « Candide » et autre « Je suis partout« .

Mais, grand Dieu, où est le crime ? Sarkozy ne nous avait-il pas affirmé qu’il n’y aurait plus aucun sujet tabou sous son règne ? Pourquoi, alors, vouloir interdire la divulgation d’une liste (non exhaustive d’ailleurs) des personnalités juives qui tiennent les leviers du pouvoir ? La vérité est-elle à ce point dérangeante ?

Une telle interdiction est tout simplement malsaine et crée une suspicion toute légitime à l’égard des Juifs mentionnés et, par voie de conséquence, à la communauté juive dans tout son ensemble !

La bêtise a-t-elle des limites ? Sans doute que non, puisque la LICRA Lyonnaise assigne, à son tour, pour les mêmes motifs que sa grande soeur parisienne, le Président du Parti National Radical devant le TGI de Grenoble le Jeudi 9 septembre à 14 heures pour incitation à la haine… Demandant, de surcroît, à nouveau 20.000 € au titre des dommages et intérêts en réparation au préjudice associatif (?) à elle causé et celle de 3.000 € au titre de l’article 475-1 du Code de procédure pénal.

Est-il bien nécessaire d’ajouter que ces antiracistes-là sont, de toute évidence, plus proches du croupier que de l’humaniste! A SUIVRE

Pour connaître, tous les détails de cette affaire, cliquez sur les lien suivant :

Ordonnance de référé, Tribunal de grande instance de Paris
Citation direct devant le tribunal correctionnelle de Grenoble
Conclusion duTribunal de grande instance de Paris

Voir aussi : « Les juifs qui dominent la France » Le journal qu’ils ne veulent pas que tu lises
Voir aussi : Sommes-nous en judéocratie ?

Le national radical « Les juifs qui dominent la France » en PDF : https://observatoiredeladiaspora.files.wordpress.com/2010/08/les-juifs-qui-dominent-la-france-prn_juin_2010-1.pdf

Via : Le partie National Radical.fr

Read Full Post »

https://i0.wp.com/s.tf1.fr/mmdia/i/66/3/david-cameron-le-18-juin-2010-a-londres-4748663zcfqz_1379.jpg

Le président du Board of Deputies of British Jews (fédération représentative des principales associations juives britanniques), Vivian Wineman, de passage à Tel-Aviv, a dénoncé la déligitimation de l’Etat d’Israël dans l’opinion publique britannique et la montée en puissance du boycott.

Pour renverser cette tendance, il a annoncé que son organisation souhaite que l’exemple de la solidarité avec Israël vienne d’en haut. Dans cette perspective, le Board of Deputies of British Jews prie de le nouveau Premier ministre David Cameron de revendiquer plus souvent son origine juive.

Au cours de sa campagne électorale, il avait été demandé à M. Cameron si ses origines n’altéreraient pas l’objectivité de son jugement sur le Proche-Orient. Il s’en était défendu, tout en exprimant sa fierté de compter parmi ses ancêtres Elia Levita (1469-1549), un écrivain majeur de langue yiddish.

Via : Voltaire net.org

Read Full Post »

Older Posts »