Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘loubavitch’

Read Full Post »

Read Full Post »

Lemrick Nelson a été retrouvé à l’extérieur de sa voiture dans une rue de Manhattan, tôt dimanche matin, et a été transporté à l’hôpital. Il aurait été frappé à la tête avec un pic à glace, mais son état était stable dimanche soir.

Lemrick Nelson est une figure importante des émeutes qui avaient déchiré le quartier de Brooklyn’s Crown Heigts, en 1991, en raison des tensions entre les communautés juive et noire qui vivaient dans le même quartier.

Les affrontements avaient débuté lorsqu’un enfant de sept ans avait été happé mortellement par une voiture conduite par un Juif de la communauté orthodoxe loubavitch.

Trois heures plus tard, Yankel Rosenbaum, un étudiant juif originaire d’Australie, qui n’avait rien à voir avec l’incident, avait été battu à mort. Pendant plus de deux jours, les Noirs avaient pillé des magasins, brûlé des voitures de police et lancé des bouteilles dans le voisinage.

Nelson était alors âgé de 16 ans et avait été acquitté des chefs d’accusation de meutre qui pesaient contre lui, mais inculpé des accusations fédérales en matière de droits de la personne. Une cour d’appel avait plus tard renversé la condamnation du fédéral.

Via : Métro Montréal.com

Read Full Post »

https://i2.wp.com/www.hassidout.org/hassidout/News/images_articles/haddad_Bruxelles.jpg

Six rabbins français, dont deux en fuite à l’étranger, sont renvoyés en correctionnelle pour blanchiment. On reproche à ces religieux, de tendance loubavitch, d’avoir dévoyé la tradition de collecte au sein de la communauté juive. Pour appâter les donateurs, des associations réputées caritatives proposaient un retour en liquide pouvant aller jusqu’à 50 % ­ des «rétro-dons», selon l’expression du parquet. Un argument décisif pour draguer certains commerçants adeptes de l’économie au noir. La chambre de l’instruction, qui vient d’examiner pendant deux jours l’affaire du Sentier II (Libération d’hier et d’avant-hier), doit décider si ces rabbins (plus d’une vingtaine de responsables associatifs) seront jugés séparément ou conjointement avec la centaine d’autres mis en examen dans ce dossier tentaculaire.

A l’origine, le rabbin Elie Rotnemer, fondateur du Refuge, organisme collecteur du 1 % logement. Après sa mort en 1994, à la veille d’un scandale financier, ses héritiers ont amplifié et diversifié ses méthodes de collectes au profit d’une nébuleuse de 150 associations (écoles privées, maisons de retraite…) domiciliées en Seine-et-Marne et à Paris dans le XIXe, les deux centres névralgiques des loubavitchs : sur cinq ans (de 1997 à 2001), elles ont brassé 450 millions de francs. La plupart des mis en examen sont des anciens du Refuge. Notamment Joseph Rotnemer, nouveau patriarche familial, et le rabbin Jacques Schvarcz, tous deux en fuite en Israël.

Enveloppes. Le «dévoiement progressif du système associatif fondé à l’origine sur un principe de solidarité communautaire», ainsi qualifié par le parquet, a fait un détour par Mulhouse en 1997, où un réseau profane mis en place par Georges Tuil (en fuite) a le premier utilisé la possibilité d’endosser des chèques en Israël contre remise d’espèces. Comme l’a confessé un de ses lieutenants, «pour faire partir les chèques et récupérer les espèces, il fallait trouver des porteurs». L’idée était de confier les enveloppes à des religieux, peu susceptibles de se faire fouiller à l’aéroport. Joseph Rotnemer ne s’est pas contenté de porter pour Georges Tuil, il a mis en place son propre circuit de blanchiment. Car, au même moment, les donateurs commencent à rechigner. Plusieurs commerçants affirment que des religieux leur ont alors proposé un retour en espèces de plus en plus conséquent. Dont le niveau dépendait par exemple, chez un rabbin, «de ce qu’il avait dans sa mallette».

Un rabbin poursuivi rejette au contraire la faute sur «les vautours des entreprises». Le fils d’un rabbin en fuite met tout le monde d’accord en distinguant les «donateurs casher qu’il faut relancer sans arrêt», des «donateurs pas casher intéressés par les espèces». Le principal collecteur de fonds exagère peut-être quand il assène aux enquêteurs : «Je risque ma vie et celle de ma famille, car celui qui dénonce son prochain est condamné à mort par la communauté. J’arrête de parler.» A l’Essec, qui a fini par rompre tout lien avec la galaxie Rotnemer car l’école de commerce en avait assez de devoir lui rétrocéder 50 % de la taxe d’apprentissage collectée, on assure que le grand rabbin Sitruk serait alors intervenu pour maintenir le flux financier. Interrogé, Sitruk a formellement démenti.

Taxis. L’absence de comptabilité dans ces associations, souvent de simples «taxis», a été source de toutes les combines. En plus des rétro-dons, le parquet estime que près de 30 millions de francs «ont bénéficié à des intérêts privés, dévoyant le caractère non lucratif affiché». Joseph Rotnemer a un jour téléphoné à sa secrétaire en France pour virer des fonds en Hongrie afin de racheter des stations-service…

Via : Libération.fr

Read Full Post »