Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘mafia’

https://i2.wp.com/france-licratisee.hautetfort.com/media/00/02/1178863504.jpg

La Haute cour de justice a rejeté le 6 décembre l’appel des deux frères, Yitzhak et Meir Abergel, pour empêcher leur extradition aux Etats-Unis.

Les deux hommes, qui se sont distingués par leurs activités mafieuses, vont devoir répondre à un épais dossier qui les attend de l’autre côté de l’Atlantique, dont des accusations de meurtre. Trois autres hommes seront extradés avec les frères Abergel.

Via : Israël 7.com

Read Full Post »

Read Full Post »

https://i0.wp.com/trends.rnews.be/images/resized/119/487/528/208/4/500_0_KEEP_RATIO_SCALE_CENTER_FFFFFF.jpg

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné mardi Alfons Borremans, CEO de Schiesser Belgique jusqu’en novembre 2004, à une peine d’un an avec sursis. L’homme de 58 ans, en tant que directeur de la division belge du fabricant allemand de sous-vêtements, avait escroqué son employeur pour un montant de 1.151.000 euros. M. Borremans a également été déchu de ses droits civils pour une durée de neuf ans.

Alfons Borremans a été durant dix ans le directeur de Schiesser Belgique. Il a abusé de cette position pour trafiquer la vente d’articles excédentaires et de modèles d’essai. Le tribunal a décrit M. Borremans comme un homme extrêmement avide, dépourvu du moindre scrupule et sans sentiment de culpabilité.

Outre la peine de prison avec sursis, le prévenu a été condamné à une amende de 16.500 euros. Le produit de l’escroquerie a été entièrement saisi et remis à Schiesser Belgique. (VIM)

Via : RTL Info.be

Read Full Post »

https://observatoiredeladiaspora.files.wordpress.com/2010/11/mafiajuiveaff2jpg.jpg?w=182

C’est pour sauver sa peau, afin de rembourser de pressantes dettes de jeu à la mafia, que Stewart Goldstein a fraudé la Banque de Montréal de 600 000$, en février 2006. Néanmoins, la Couronne demande 30 mois de prison pour l’auteur ce qu’elle a qualifié de «très beau vol de banque».

Goldstein a plaidé coupable à une accusation de fraude dans cette affaire. Ce résidant de Baie-d’Urfé avait accumulé des dettes de jeu de 1,6 million de dollars à un taux d’intérêt de 4% par semaine. Les tenanciers du site de jeu en ligne sur lequel il avait parié s’impatientaient, comme en fait foi de l’écoute électronique réalisée en 2004, lors de l’opération Colisée, qui visait l’organisation du clan Rizzuto.

On reprochait à Goldstein de se promener en voiture de luxe (en Ferrari, entre autres) alors qu’il devait de l’argent. Convoqué au Café Consenza, quartier général du clan Rizzuto, Goldstein a pris un arrangement pour rembourser, qu’il n’a visiblement pas pu respecter en entier.

En février 2006, un certificat de dépôt de 1 million de dollars a erronément transité par le compte de Goldstein à la Banque de Montréal de Granby. Il s’agissait d’une erreur «arrangée». Goldstein s’est empressé de retirer 600 000$ en argent. La Banque s’est rendu compte de l’erreur dans la même journée et a appelé Goldstein pour qu’il remette la somme. Il a promis qu’il le ferait, mais il n’a pas donné suite. Quelques jours plus tard, la police a débarqué chez lui en pleine nuit pour perquisitionner. Les policiers n’ont trouvé que 15 000$, plusieurs armes prohibées et des munitions.

Hier, Goldstein a admis que c’est bien lui qui a retiré l’argent à la banque, mais il soutient que ce n’est pas lui qui a mis cette fraude au point. La procureure de la Couronne Nathalie Fafard reconnaît que l’argent a servi à payer la mafia, mais elle a fait valoir que l’accusé s’est lui-même placé dans cette situation. «C’est lui qui gravite autour de la mafia, on n’est pas devant un bon père de famille. On a le choix de nos amis», a-t-elle dit.

Via : Cyber Presse.com

Read Full Post »

La police a retrouvé jeudi soir dans le IXe arrondissement de Paris un homme de 28 ans qui avait été enlevé deux jours plus tôt et arrêté simultanément un de ses ravisseurs, a-t-on appris vendredi de source policière. Deux autres suspects de l’affaire ont été interpellés à leur domicile vendredi matin.

Le commanditaire est recherché.

Bien que la victime, qui semble avoir été séquestrée dans des voitures, soit de confession juive, le mobile antisémite est écarté par les enquêteurs.

Les kidnappeurs aurait selon eux agi pour des motifs crapuleux. Ils réclamaient le paiement d’une dette d’un million d’euros qu’ils imputent au frère de l’homme enlevé, pour des motifs encore imprécis. Le débiteur en question est connu des services de police.

C’est la famille de la victime de l’enlèvement qui a prévenu la police après un coup de téléphone des ravisseurs réclamant l’argent. La brigade criminelle et la brigade de recherches et d’intervention (BRI, ex-« antigang »), ont été saisies le mercredi.

Via : Le Point.fr

Read Full Post »

https://i2.wp.com/www.linternaute.com/savoir/magazine/photo/a-l-ecole-de-la-police-scientifique/image/douille-243144.jpg

Abattu mardi soir à Paris par deux professionnels de l’assassinat, Samy Souied a accumulé dans son passé de nombreux ennemis potentiels. Escroquerie, jeux clandestins, blanchiment d’argent dans le milieu hippique, les pistes sont nombreuses.

Une mort violente, orchestrée avec le savoir-faire des professionnels. Un tireur, un pilote sur un scooter. Au moins quatre coups de feu tirés, deux atteignant la victime au thorax et à l’épaule, d’un pistolet semi-automatique de calibre 7.65, semble-t-il, d’après les quelques témoins directs, équipé d’un silencieux. L’une a vu à quelques mètres de l’exécution « une arme de quarante centimètres », une autre décrivant des « bruits sourds », pas des déflagrations. Et la fuite rapide des agresseurs, ne laissant d’autres indices que quelques douilles.

L’examen de la personnalité et du passé de Samy Souied tempère le sentiment d’incompréhension. Un proche contacté mercredi admet qu’il était mêlé à des activités délictueuses comme des escroqueries et des parties de poker clandestines, tout en soulignant qu’il s’agissait de «délinquance pacifique».

Né en décembre 1964 à Paris, Souied apparaît depuis plus de vingt ans dans des enquêtes judiciaires : escroqueries aggravées, faux en écriture, blanchiment de capitaux. Dans plusieurs milieux différents. Entre autres, l’arnaque aux encarts publicitaires de grandes entreprises, l’organisation de jeux clandestins, le blanchiment d’argent entre le Luxembourg, la France et Israël, et des activités dans le milieu des courses hippiques. Le tout selon un schéma complexe.

Via : Le France Soir.fr

Read Full Post »

SUITE DU FEUILLETON JUDICIAIRE

Le 12 juillet 2010, comme indiqué ci-dessous, les associations du commerce antiraciste ont obtenu, grâce à la loi d’exception du 13 juillet 1990 du communiste Gayssot, le retrait de la vente du N° 16 du « National Radical » qui titrait « LES JUIFS QUI DOMINENT LA FRANCE« .

L’audience s’est déroulée dans une véritable ambiance de procès de Nuremberg où il aurait suffi de peu, après qu’il fut comparé à Maurras, Henriot, Brasillach, et Céline, qu’on ne traita le président du Parti National Radical d’affreux criminel de guerre. Les noms de Göring, Hess, Ribbentrop et Keitel semblaient même suinter de toutes les lèvres de nos valeureux combattants « antiracistes ». Jusqu’à Madame le Procureur, plus militante des « Droits de l’Homme » que réellement magistrate, qui par une imagination fertile s’indignait de voir dans le « National Radical » la résurgence d’écrits qu’elle souhaitait à jamais éradiqués, faisant ainsi écho aux avocats des associations « bien pensantes » qui y voyaient eux, non plus le titre « National Radical » mais celui de « Gringoire« , « Candide » et autre « Je suis partout« .

Mais, grand Dieu, où est le crime ? Sarkozy ne nous avait-il pas affirmé qu’il n’y aurait plus aucun sujet tabou sous son règne ? Pourquoi, alors, vouloir interdire la divulgation d’une liste (non exhaustive d’ailleurs) des personnalités juives qui tiennent les leviers du pouvoir ? La vérité est-elle à ce point dérangeante ?

Une telle interdiction est tout simplement malsaine et crée une suspicion toute légitime à l’égard des Juifs mentionnés et, par voie de conséquence, à la communauté juive dans tout son ensemble !

La bêtise a-t-elle des limites ? Sans doute que non, puisque la LICRA Lyonnaise assigne, à son tour, pour les mêmes motifs que sa grande soeur parisienne, le Président du Parti National Radical devant le TGI de Grenoble le Jeudi 9 septembre à 14 heures pour incitation à la haine… Demandant, de surcroît, à nouveau 20.000 € au titre des dommages et intérêts en réparation au préjudice associatif (?) à elle causé et celle de 3.000 € au titre de l’article 475-1 du Code de procédure pénal.

Est-il bien nécessaire d’ajouter que ces antiracistes-là sont, de toute évidence, plus proches du croupier que de l’humaniste! A SUIVRE

Pour connaître, tous les détails de cette affaire, cliquez sur les lien suivant :

Ordonnance de référé, Tribunal de grande instance de Paris
Citation direct devant le tribunal correctionnelle de Grenoble
Conclusion duTribunal de grande instance de Paris

Voir aussi : « Les juifs qui dominent la France » Le journal qu’ils ne veulent pas que tu lises
Voir aussi : Sommes-nous en judéocratie ?

Le national radical « Les juifs qui dominent la France » en PDF : https://observatoiredeladiaspora.files.wordpress.com/2010/08/les-juifs-qui-dominent-la-france-prn_juin_2010-1.pdf

Via : Le partie National Radical.fr

Read Full Post »

Older Posts »