Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Trafic d’organe’ Category

Bakchich a déterré un câble diplomatique passé inaperçu sur le site WikiLeaks. Où l’on apprend que les bandits israéliens règnent désormais sur le crime organisé mondial.

Comme une odeur de Coppola chaud dans l’arrière-cuisine israélienne. Un câble diplomatique daté de mai 2009, déniché par Bakchich sur le site WikiLeaks, déroule le film des parrains en Terre promise, façon Francis Ford.

https://i0.wp.com/a7.idata.over-blog.com/4/03/33/13/Mafiapremieredecouv.jpgLe scénariste : James Cunningham, ambassadeur des États-Unis en Israël. Les protagonistes : les gredins du crime organisé israélien. L’intrigue : leur influence grandissante au sein de l’État juif, leurs réseaux en Europe et outre-Atlantique. Une bien noire histoire où l’on apprend qu’à l’origine « cinq ou six familles ont traditionnellement dominé le crime organisé en Israël ». Mais que, « ces dernières années, il y a eu une forte augmentation de la portée et de l’impact de nouveaux réseaux ». Le contrôle d’une région par famille, c’est fini !

« L’ancienne école cède la place à une nouvelle race de la criminalité, plus violente », note l’ambassadeur. Fondée sur « une meilleure connaissance des explosifs de haute technologie, acquise au contact du service de défense des forces israéliennes ». Pour une dernière volonté : « Recourir à la violence aveugle. »

Empreinte russe

Une arme fatale à la hauteur de leur folie des grandeurs. Les nouveaux parrains israéliens « jouent maintenant un rôle significatif dans le commerce mondial de la drogue, fournissant à la fois le marché de la consommation locale et servant de point de transit vers l’Europe et les États-Unis ». Et l’émissaire américain de rapporter qu’en mars 2009 la police nationale a arrêté 12 suspects « dans ce qui est considéré comme le plus grand réseau de trafic humain mené par Israël à ce jour ». Soit la « contrebande de milliers de femmes de l’ancienne Union soviétique, forcées de travailler comme prostituées en Israël, à Chypre, en Belgique et en Grande-Bretagne ».

Dessin de Large

L’ogre rouge, replet de billets verts, n’est jamais très loin. Il est, en terre sainte, comme à la maison. Ainsi, « de nombreux oligarques russes d’origine juive et des membres du crime organisé ont obtenu la citoyenneté israélienne, ou, du moins, conservent leur résidence dans le pays ».

Et voyager avec un visa ? Pas de problème ! Au printemps 2009, trois noms du milieu ont pu participer, à Las Vegas, à une « convention sur les métiers de la sécurité ». Des petits soins possibles à une condition : avoir un casier judiciaire blanc comme neige, en évitant les condamnations pénales. En langage diplomatique, cela donne : « Des Israéliens connus pour travailler ou appartenir à des familles du crime organisé ne sont pas automatiquement inéligibles pour voyager aux États-Unis. »

Soutiens politiques

Au niveau des soutiens politiques de l’organisation, l’ambassadeur a sa petite idée sur le sujet. Ainsi de la députée du Likoud Inbal Gavrieli, élue en 2003, « fille d’un patron présumé du crime » et qui a tenté d’« utiliser son immunité parlementaire pour bloquer les enquêtes dans les affaires de son père ». Et de s’interroger sur la mesure « dans [laquelle] les éléments du crime organisé ont pénétré l’establishment israélien et corrompu des agents publics »… Jérusalem, j’ai rusé l’âme.

Via : Bakchich.fr

Read Full Post »

Read Full Post »

Read Full Post »

https://i2.wp.com/www.lexpress.fr/medias/992/508218_sante-chirurgie-anesthesie.jpg

Un hôpital privé de Durban en Afrique du sud a été condamné mardi à une amende de 4 millions de rand (585.000 dollars) pour avoir procédé illégalement à des transplantations de reins sur de riches Israéliens prélevés sur des Brésiliens ou des Roumains pauvres.

Des poursuites avaient été engagées en septembre contre le PDG et cinq médecins de l’hôpital Sainte Augustine de Durban, géré par le plus important groupe hospitalier privé d’Afrique du sud Netcare, accusés d’avoir procédé à 109 opérations illégales entre 2001 et 2003.

Netcare a indiqué dans un communiqué que la direction de l’hôpital avait plaidé coupable. Aux termes d’une transaction judiciaire, elle a été condamnée à une amende de 20.000 rands pour infraction à la loi sur les tissus humains et à 4 millions de rands pour avoir perçu des sommes liées à ces transplantations.

En septembre, des médias avaient révélé que des Israéliens ayant besoin de se faire transplanter un rein se faisaient opérer à l’hôpital St Augustine, et payaient les donneurs d’organe. Les donneurs étaient initialement des Israéliens, mais plus tard des Roumains et des Brésiliens ont été recrutés car leurs reins étaient disponibles à des coûts bien inférieurs à ceux des donneurs israéliens.

Les donneurs israéliens étaient payés environ 20.000 dollars tandis que les Roumains et les Brésiliens recevaient en moyenne 6.000 dollars, selon l’accusation. Certains des donneurs étaient mineurs.

Via : Jforum.fr

Read Full Post »

Trois médecins ukrainiens, membres présumés d’un réseau international de trafic d’organes, ont été écroués et poursuivis pour des greffes illégales de reins, a annoncé vendredi le ministère de l’Intérieur.

Ces médecins prélevaient les reins de ressortissants d’Ukraine, de Moldavie et d’Ouzbekistan. Ils effectuaient ces opérations en Azerbaïdjan, un autre pays de l’ex-URSS. Ils risquent jusqu’à 21 ans de prison.

Les bénéficiaires des greffes étaient «pour la plupart» des Israéliens qui payaient entre 100.000 et 200.000 de dollars. Selon les enquêteurs, une trentaine de victimes ont été recensées.

Via : 20 Minutes.fr

Read Full Post »

https://i0.wp.com/www.almanar.com.lb/NewsSite/WebsiteImages/PicturesFolder/d297b3e0-0d56-4aaf-bb5f-ba45c6367fd0_top.bmp

Le principal groupe de santé privé en Afrique du Sud, Netcare, son PDG et cinq chirurgiens ont été inculpés pour avoir transplanté les reins achetés à des Brésiliens et des Roumains pauvres sur de riches Israéliens, rapporte la presse jeudi.

L’hôpital privé Sainte Augustine de Durban (sud-est), géré par le groupe Netcare, est également poursuivi pour ces 109 opérations pratiquées en son sein entre 2001 et 2003, précise le quotidien The Star.

La police sud-africaine avait ouvert une enquête en 2005 contre l’Israélien Ilan Perry, soupçonné d’être le cerveau du trafic. Ce dernier a accepté récemment de coopérer avec la justice, ce qui a permis de procéder aux inculpations, précise The Times.

Les suspects devraient comparaître pour une première audience de procédure en novembre.

Via : TV5.org

Read Full Post »

Read Full Post »

Older Posts »