Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘banque’

https://i0.wp.com/www.fortunespawn.com/wp-content/uploads/2010/12/madoff-kohn.jpg

Le liquidateur du fonds de l’escroc américain Bernard Madoff a lancé vendredi des poursuites contre la banquière autrichienne Sonja Kohn, accusée d’avoir été complice de la plus vaste fraude financière jamais connue, et cherche à recouvrer auprès d’elle 19,6 milliards de dollars.

Mme Kohn, fondatrice de la banque autrichienne Medici, est accusée dans la plainte d’avoir « pendant plus de vingt ans orchestré une vaste machination illégale pour exploiter sa relation privilégiée avec Bernard Madoff et alimenter à hauteur de 9,1 milliards de dollars de fonds appartenant à d’autres sa vaste escroquerie pyramidale ».

Les activités illégales de Mme Kohn ont commencé quand elle rencontré M. Madoff en 1985 à New York, est-il précisé, et « se poursuivent », ajoute la plainte.

« M. Madoff payait Mme Kohn » qui rabattait l’argent de ses clients vers le fonds de M. Madoff qui la payait secrètement en retour, selon la même source.

« La perte totale de la fraude pyramidale est estimée à 19,6 milliards de dollars en dépôts nets d’investisseurs et sans l’aide de Mme Kohn cette escroquerie n’aurait pas pu continuer pendant aussi longtemps », ajoute la plainte.

Le liquidateur demande « à recouvrer 19,6 milliards de dollars » auprès d’elle, de sa famille et de plusieurs banques. La somme réclamée dans cette plainte est la plus forte à ce jour dans le cadre du dossier Madoff.

Via : AFP.com

Read Full Post »

Fabienne Lévy, accusée de braquages de cinq agences bancaires en France et en Allemagne, arrive aux assises au TGI de Metz, le 7 décembre 2010.

Une ancienne commerçante, Fabienne Levy, a été condamnée à 10 ans de réclusion criminelle mercredi soir par la cour d’assises de Moselle, pour avoir braqué quatre banques allemandes et françaises, afin de se « venger du système », avait-elle expliqué.

Son fils, Jérémie, 21 ans, poursuivi pour complicité, a écopé d’une peine de 5 ans d’emprisonnement dont deux avec sursis.

A l’énoncé du verdict, l’accusée s’en est vivement pris aux magistrats et aux forces de l’ordre présentes dans la salle d’audience, en hurlant au « scandale ».

Dès l’ouverture du procès lundi, Mme Levy, 51 ans, avait expliqué son geste par sa volonté de se « venger des banques, du système ». Les braquages, dont l’un avait raté, lui avaient rapporté près de 175.000 euros.

« Je ne regrette rien, je voulais me venger des banques, d’un système », a-t-elle répété devant les jurés.

Décrite comme intelligente, titulaire d’une licence de droit, l’ancienne commerçante a été décrite comme « fusionnelle » avec son fils, dont elle avait eu la garde après un divorce.

Via : AFP.com

Read Full Post »

La banque suisse UBS a décidé de stopper une campagne publicitaire mettant en scène le célèbre architecte suisse Le Corbusier, accusé dans la presse helvétique d’antisémitisme, a déclaré mercredi à l’AFP une porte-parole d’UBS.

« L’intention de notre publicité est de communiquer un message à nos clients et nous voulons éviter que ce message soit affaibli par une controverse concernant Le Corbusier« , a indiqué la porte-parole de la première banque helvétique dans une déclaration écrite transmise à l’AFP. « Pour cette raison, nous n’allons plus utiliser les images de Le Corbusier dans notre campagne publicitaire », a-t-elle ajouté.

L’image de Le Corbusier, dont l’oeuvre est considérée comme étant une des bases de l’architecture moderne et dont l’effigie orne les billets de banque de 10 francs suisses depuis 1997, devait être utilisée dans ce cadre.

Mais des révélations dans la presse suisse sur l’architecte, de son vrai nom Charles-Edouard Jeanneret, qui a été accusé d’antisémitisme et d’admirer le dictateur nazi Adolf Hitler, ont amené la banque à revoir sa campagne publicitaire.
« Le Corbusier était un théoricien radical (…) et un antisémite violent », a affirmé Pierre Frey, professeur d’histoire de l’architecture à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, cité par le journal Sonntagszeitung.

Via : Eupopean Jewish Press.org

Read Full Post »

https://i0.wp.com/www.france24.com/fr/files_fr/imagecache/aef_ct_wire_image_lightbox/images/afp/photo_1277572498658-1-0.jpg

LONDRES, 8 septembre (Reuters) – La banque Goldman Sachs a été condamnée à une amende de 20 millions de livres (24 millions d’euros) par l’autorité britannique de régulation financière pour ne pas avoir révélé qu’elle faisait l’objet de poursuites pour fraude aux Etats-Unis, rapporte la BBC mercredi.

La FSA (Financial Services Authority) et Goldman Sachs n’ont pas souhaité faire de commentaires.

Le régulateur britannique a ouvert une enquête sur la banque d’investissement en avril après le lancement d’une procédure pour fraude de la Securities and Exchange Commission (SEC) concernant la commercialisation d’un produit dérivé de crédits immobiliers subprimes.

Le Financial Times rapporte que l’annonce pourrait en être faite par la FSA dès jeudi matin.

Via : Investir.fr

Read Full Post »

https://i2.wp.com/static.guim.co.uk/sys-images/Business/Pix/pictures/2008/03/26/diamond460276.jpg

LONDRES — La banque britannique Barclays a annoncé mardi la nomination comme directeur général de l’Américain Bob Diamond, considéré comme un des banquiers les plus riches du monde après avoir empoché des bonus mirobolants, au risque d’embarrasser le gouvernement.

Bob Diamond, 59 ans, actuel patron de Barclays Capital, la division de banque de financement et d’investissement de Barclays, a été désigné directeur général en remplacement du Britannique John Varley, qui quittera ses fonctions à la fin mars, selon un communiqué du groupe.

M. Diamond, qui a fait une grande partie de sa carrière à la Barclays, est surnommé par la presse britannique « le banquier aux 100 millions de livres » pour avoir été un grand bénéficiaire de bonus avant la crise financière.

En le plaçant à la tête de l’ensemble du groupe, Barclays « défie le gouvernement » dirigé par le conservateur de David Cameron, qui a promis de veiller à ce que certains excès ne se reproduisent pas, estimait mardi le Times.

Via : AFP.com

Read Full Post »

https://i2.wp.com/i.telegraph.co.uk/telegraph/multimedia/archive/01208/madoff-460_1208262c.jpg

Les clients de plusieurs banques suisses ont reçu ces dernières semaines des lettres de leurs établissements expliquant qu’une partie de leurs fonds avait été bloquée sur leur compte en raison de l’affaire Madoff.

Le sommet de l’iceberg commence à apparaître, mais sa partie immergée promet d’être immense. Les clients de plusieurs banques suisses ont reçu ces dernières semaines des lettres de leurs établissements leur expliquant qu’une partie de leurs fonds avait été bloquée sur leur compte en raison de l’affaire Madoff. Retour en arrière.

De nombreux investisseurs ont placé leur argent auprès de Fairfield Sentry, un énorme fonds de plus de 7 milliards de dollars dont les capitaux avaient été principalement récoltés en Europe. Confié à Bernard Madoff, ce fonds a fait faillite après la découverte de l’énorme escroquerie mise en place par l’investisseur new-yorkais. La justice cherche aujourd’hui à découvrir les personnes qui ont perçu des profits indus versés par le courtier américain.

Depuis avril, Fairfield assigne à son tour en justice des centaines d’établissements, dont une cinquantaine en Suisse. Comme la plupart de ces investisseurs sont protégés par le secret bancaire, Fairfield se retourne contre leurs banques. Mais ces dernières semblent aujourd’hui vouloir se défausser sur leurs propres clients.

Voir aussi : Bernard madoff le prisonnier bienheureux

Via : Les Echos .fr

Read Full Post »

https://i1.wp.com/imworld.aufeminin.com/dossiers/D20090430/radin-152236_L.jpg

(Montréal) L’homme d’affaires Perry Newman, soupçonné d’une fraude chez les juifs orthodoxes, finançait son train de vie avec l’argent des investisseurs, comme le faisait Earl Jones.

C’est ce qu’affirme l’avocat Neil Stein, qui a eu copie des états de compte bancaires de l’entreprise de M. Newman, appelée Dover Financial Corp. Neil Stein représente la principale investisseuse dans cette affaire, Edith Olanoff.

«Toutes les dépenses quotidiennes de M. Newman étaient payées par Dover, dont les fonds provenaient directement des investisseurs», a dit M. Stein, au cours d’un entretien téléphonique.

L’avocat indique entre autres que les droits de scolarité universitaires des trois enfants de M. Newman, aux États-Unis, ont été entièrement payés par Dover. Perry Newman a également acheté certains bijoux à sa femme à même l’argent des victimes, a dit M. Stein. La dame en question est toutefois disposée à remettre ces bijoux.

La femme d’affaires Edith Olanoff, rappelons-le, a découvert dernièrement que les 7,5 millions US qu’elle a confiés à Perry Newman avaient disparu. L’argent avait supposément été investi par l’entremise du courtier américain FC Stone depuis cinq ans. Or, les états de compte mensuels remis à Mme Olanoff par M. Newman, avec l’en-tête FC Stone, sont tous des faux, lui a appris le courtier.

En plus de Mme Olanoff, une dizaine d’investisseurs auraient placé des fonds avec M. Newman, à hauteur de 125 000$ à 500 000$. Tous les investisseurs qui se sont manifestés à ce jour sont des juifs orthodoxes de la région de New York, bien que M. Newman réside à Hampstead, dans l’île de Montréal.

Hier, le tribunal a accepté de mettre en faillite Perry Newman et son entreprise, Dover Financial Corp. Edith Olanoff espère que ces faillites lui permettront de récupérer une partie de ces fonds. C’est la firme RSM Richter qui devient le syndic de ces faillites, le même qui a chapeauté le dossier d’Earl Jones, de Norshield et de Norbourg.

Hier, deux policiers du Service de police de Montréal (SPVM) assistaient aux audiences. Une plainte contre M. Newman a d’ailleurs été formellement déposée.

La nouvelle publiée la semaine dernière dans La Presse a créé une onde de choc dans la communauté juive orthodoxe. Perry Newman, lui-même pratiquant, était bien connu dans la communauté. Samedi, il s’agissait d’un sujet chaud à la synagogue de la rue Baily, dans Côte-Saint-Luc.

Récemment, l’un des fils de Perry Newman a épousé l’une des membres de la famille de Russel Galbut, magnat de l’immobilier américain. Le mariage a été célébré à Miami avec faste. Russel Galbut est le propriétaire de Crescent Height, l’un des plus importants promoteurs immobiliers en Amérique du Nord.

Via : Cyber Presse.ca

Read Full Post »