Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘orthodoxe’

Read Full Post »

Des avocats du gouvernement du Québec doivent se présenter devant un juge, cette semaine, pour tenter d’obtenir la fermeture d’une école juive considérée comme «illégale», qui refuse de se conformer au programme scolaire québécois. Une institution de la Rive-Nord est aussi dans leur mire.

La requête en injonction, qui doit être débattue à compter d’aujourd’hui au palais de justice de Montréal, vise à obliger l’école Yeshiva Toras Moshe à «cesser d’exploiter des services éducatifs au primaire et au secondaire», indique Simon Fortin, du ministère de l’Éducation.

Boisbriand

Il y a deux ans, Québec avait refusé d’émettre un permis à cet établissement de la communauté hassidique satmar parce qu’il ne respectait pas la Loi sur l’instruction publique.

Des inspecteurs avaient constaté qu’il y manquait d’enseignants qualifiés, que le matériel pédagogique était insuffisant et que trop peu de temps était accordé aux matières obligatoires.

La majeure partie du temps de classe des quelque 200 garçons fréquentant cette école était alors consacrée à l’enseignement de la religion juive, au détriment d’autres matières comme les sciences ou l’histoire. Un autre établissement juif est dans la mire des avocats du gouvernement du Québec.

L’école de la communauté Tosh de Boisbriand, dont le Journal avait révélé l’existence en janvier dernier, refuse toujours de se conformer au programme scolaire québécois. «Ce dossier a été transmis au procureur général», précise Simon Fortin.

Via : Canoë.ca

Read Full Post »

https://i2.wp.com/medias.lepost.fr/ill/2009/12/21/h-20-1852305-1261423432.JPG https://i2.wp.com/www.myshtetl.co.za/files/images/Rabbi%20Anton%20Klein.jpg

Un érouv est une clôture composée de poteaux reliés entre eux par un fil, destinée à servir une communauté juive qui vit selon les lois du Talmud et de la Torah. Cela leur permet de transformer un espace public en un espace privé pour pouvoir braver quelques interdits les jours de shabbat.

Mais l’érouv apparaît souvent quand il est établi comme l’imposition d’une marque religieuse dans l’espace public. A New York à Londre au Quebec en France et maintenant en Afrique du sud, l’installation d’érouv a causé de nombreuses controverses parmi les riverains et les municipalités.

Via : Wikipedia

Read Full Post »

Un homme d’affaire américain  Eliyahu Weinstein a été arrêté jeudi pour avoir volé des dizaines de millions de dollars auprès d’investisseurs dans le cadre d’une combine à la Ponzi, selon les bulletins de nouvelles des États-Unis.

Weinstein, 35 ans, un Juif orthodoxe de Lakewood, New Jersey, est soupçonné d’avoir escroqué des investisseurs aux États-Unis, à Londres, et en Israël pour plus de 300 millions $ par le biais de fausses transactions immobilières, il vendait le même bien à plusieurs investisseurs.

Le vendeur de voitures d’occasion est soupçonné par le FBI de profiter de ses liens avec des l’ultra-orthodoxes et les communautés juives de New York, du New Jersey, de Floride et de Californie pour convaincre des clients fortunés d’investir dans les fausses transactions immobilières.

Selon les rapports, Weinstein utilisé l’argent  de ses victimes pour acheter des antiquités judaïques d’une valeur de plus de 6,2 millions de dollars et des bijoux valant plus de 7,6 millions de dollars. Un avocat d’un des plaignants qui a déposé une plainte contre Weisntein dit qu’il a transféré plus de 140 millions de dollars par le biais  d’organismes de charité.

Une autre victime l’a appelé le «nouveau Bernard Madoff»,  beaucoup de ses victimes présumées, ont apparemment tout perdu à cause de cette escroquerie.

Via : Haaretz.com

Read Full Post »

BUCAREST (AFP)—La Banque centrale de Roumanie (BNR) a défendu sa décision d’émettre une monnaie commémorative à l’effigie d’un ancien patriarche orthodoxe aux vues antisémites, à l’origine de vives critiques de la part du Musée de l’Holocauste de Washington.

« La BNR a souhaité marquer les 125 ans depuis la création de l’Eglise orthodoxe roumaine en émettant une série de cinq monnaies en argent » portant les effigies des cinq patriarches l’ayant dirigée entre 1925 et 2007, a déclaré le gouverneur Mugur Isarescu lors d’une conférence de presse.

Parmi ces cinq personnalités figure Miron Cristea, patriarche entre 1925 et 1939 et Premier ministre entre 1938 et 1939. Durant son mandat à la tête du gouvernement, il avait modifié la loi de la citoyenneté, privant de la citoyenneté roumaine quelque 225.000 juifs, soit 37% du total de la population juive du pays.

« En émettant cette monnaie, nous n’avons aucunement souhaité transmettre un message xénophobe, raciste ou antisémite« , a souligné le gouverneur.

Selon lui, la BNR fait une « distinction claire » entre le patriarche et le Premier ministre Miron Cristea. Toutefois, à la suite d’une lettre de protestation du Musée de l’Holocauste, « une commission a été mise en place afin d’analyser la situation et proposer des solutions », a indiqué M. Isarescu.

« Une décision devrait être annoncée dans quelques jours« . Un rapport rédigé en 2004 par une commission internationale d’historiens sur l’Holocauste en Roumanie accuse Miron Cristea d’avoir « démonisé les juifs » et prôné leur déportation.

Selon ce rapport, au total 270.000 juifs roumains et ukrainiens sont morts dans les territoires administrés par Bucarest entre 1940 et 1944, tandis que 25.000 tziganes ont été déportés, dont la moitié ont péri.

Via : European Jewich Press.org

Read Full Post »

https://i1.wp.com/imworld.aufeminin.com/dossiers/D20090430/radin-152236_L.jpg

(Montréal) L’homme d’affaires Perry Newman, soupçonné d’une fraude chez les juifs orthodoxes, finançait son train de vie avec l’argent des investisseurs, comme le faisait Earl Jones.

C’est ce qu’affirme l’avocat Neil Stein, qui a eu copie des états de compte bancaires de l’entreprise de M. Newman, appelée Dover Financial Corp. Neil Stein représente la principale investisseuse dans cette affaire, Edith Olanoff.

«Toutes les dépenses quotidiennes de M. Newman étaient payées par Dover, dont les fonds provenaient directement des investisseurs», a dit M. Stein, au cours d’un entretien téléphonique.

L’avocat indique entre autres que les droits de scolarité universitaires des trois enfants de M. Newman, aux États-Unis, ont été entièrement payés par Dover. Perry Newman a également acheté certains bijoux à sa femme à même l’argent des victimes, a dit M. Stein. La dame en question est toutefois disposée à remettre ces bijoux.

La femme d’affaires Edith Olanoff, rappelons-le, a découvert dernièrement que les 7,5 millions US qu’elle a confiés à Perry Newman avaient disparu. L’argent avait supposément été investi par l’entremise du courtier américain FC Stone depuis cinq ans. Or, les états de compte mensuels remis à Mme Olanoff par M. Newman, avec l’en-tête FC Stone, sont tous des faux, lui a appris le courtier.

En plus de Mme Olanoff, une dizaine d’investisseurs auraient placé des fonds avec M. Newman, à hauteur de 125 000$ à 500 000$. Tous les investisseurs qui se sont manifestés à ce jour sont des juifs orthodoxes de la région de New York, bien que M. Newman réside à Hampstead, dans l’île de Montréal.

Hier, le tribunal a accepté de mettre en faillite Perry Newman et son entreprise, Dover Financial Corp. Edith Olanoff espère que ces faillites lui permettront de récupérer une partie de ces fonds. C’est la firme RSM Richter qui devient le syndic de ces faillites, le même qui a chapeauté le dossier d’Earl Jones, de Norshield et de Norbourg.

Hier, deux policiers du Service de police de Montréal (SPVM) assistaient aux audiences. Une plainte contre M. Newman a d’ailleurs été formellement déposée.

La nouvelle publiée la semaine dernière dans La Presse a créé une onde de choc dans la communauté juive orthodoxe. Perry Newman, lui-même pratiquant, était bien connu dans la communauté. Samedi, il s’agissait d’un sujet chaud à la synagogue de la rue Baily, dans Côte-Saint-Luc.

Récemment, l’un des fils de Perry Newman a épousé l’une des membres de la famille de Russel Galbut, magnat de l’immobilier américain. Le mariage a été célébré à Miami avec faste. Russel Galbut est le propriétaire de Crescent Height, l’un des plus importants promoteurs immobiliers en Amérique du Nord.

Via : Cyber Presse.ca

Read Full Post »